Category

Bien être

Category

Si vous me suivez sur Instagram, vous n’êtes pas sans savoir que le 1er Février, je me suis lancée dans l’aventure du défi #1moisvegetarien. Un défi lancé par ma copine Manon/Anyway, qui l’a commencé à Janvier, et qui est devenue végétarienne suite à ce mois sans viande, ni poisson. Comme je mangeais déjà très peu de viande, j’ai eu envie de tenter moi aussi l’expérience ! Mais alors, suis-je devenue végétarienne ?

Eh bien, la réponse est… Non.

Je n’ai pas vécu mon défi #1moisvégétarien comme une torture, au contraire. Je mangeais déjà très peu de viande avant de le débuter : un steak ou une entrecôte tous les 36 du mois. Bon, en fait, seul le jambon (cuit ou cru) avait une place assez présente dans mon alimentation, car c’est un peu l’aliment facile que l’on met dans tout : les pâtes, une salade, une pizza… Du coup, j’ai plutôt eu l’impression d’arrêter le jambon que la viande pendant ce mois :D

 

Pour ce défi, je n’ai pas imposé à l’amoureux de me suivre dans cette aventure. Tout simplement parce que je pars du principe que l’alimentation, c’est personnel. Ce n’est pas parce que j’ai envie de manger végétarien que je vais l’imposer à mon entourage. Une décision pas toujours comprise… J’ai eu quelques remarques sur les réseaux sociaux, où l’on m’a fait comprendre que mon entourage était égoïste de ne pas me soutenir dans mon défi. Mais non, c’est juste que je ne souhaite pas imposer mes idées.

Pendant le mois, ça a été globalement facile de manger végétarien. Seul souci, pendant les sorties où il est parfois difficile de trouver de quoi manger. Par exemple, le weekend dernier, je n’ai quasiment pas mangé pendant deux évènements car il n’y avait pas d’option végétarienne. Trouver aussi un restaurant qui contente carnivores et végétariens, ce n’est pas toujours facile. J’ai été confrontée aux problèmes que rencontrent les végétariens dans leur quotidien, et je leur tire mon chapeau parce que ce n’est pas toujours aisé ! Et surtout quand les gens ne comprennent pas que les végétariens ne mangent pas de poisson non plus. Pour la plupart des gens : végétarien = personne qui ne mange pas de viande.

Mais pourquoi m’être lancée dans ce défi, si au final je ne deviens pas végétarienne ?

Parce que j’avais envie de voir ce que ça faisait de suivre un régime alimentaire végétarien. Je voulais voir l’impact de la viande et du poisson sur mon corps, même si j’en mangeais très peu.

Je me suis sentie rapidement moins ballonnée. Moins de maux de ventre, moins de sensation de lourdeur au quotidien. J’ai remplacé les protéines animales par des protéines plus végétales, comme les graines de chia ou le sésame. Idem, j’ai mis plus de légumineuses dans mon alimentation. Et j’ai aimé ça.

MAIS. Plus j’ai avancé dans le défi et plus quelques aliments m’ont manqué. Comme les sushis ou le saumon fumé. Le jambon cru aussi. Par contre, là, tout de suite, je n’ai plus envie de manger du poulet, une côte de boeuf ou bien des saucisses. Ca reviendra peut-être, j’ai mangé par exemple des kefta l’autre jour et j’ai apprécié ce met. Même si j’ai désormais envie que ma consommation de protéines animales soit encore plus réduite qu’avant.

Le défi #1moisvégétarien m’a permis aussi de me remettre à cuisiner, à envisager mon alimentation autrement. A découvrir de nouvelles saveurs ou associations, comme les spaghettis de quinoa par exemple.

J’ai redécouvert des cuisines que j’adore, comme la cuisine libanaise ou la cuisine indienne, mais version végétarienne. Et j’ai kiffé.

Honnêtement, peut-être que je finirai par être végétarienne à 100%. Mais pas maintenant. Disons que je suis végétarienne à 90%. Je vais continuer à privilégier les plats végétariens, mais je ne vais pas me mordre les doigts si je craque pour une pizza royale ou si j’accompagne mon copain dans un restaurant de viande.

Et puis c’est peut être égoïste, mais je n’ai pas envie de m’enfermer dans des cases à l’heure actuelle. Notamment parce que quand tu as un blog et que tu postes tes repas sur les réseaux sociaux, y’a toujours quelqu’un pour te dire que ce que tu fais n’est pas bien. Et notamment chez certains végétariens qui poussent le truc à l’extrême. Je comprends et je respecte totalement les croyances et les convictions des végétariens (j’ai d’ailleurs regardé des documentaires sur l’industrie de la viande, et croyez moi, ça m’a bien calmée !), mais comme je le disais plus haut, je n’ai pas envie qu’on m’impose un mode de vie comme je n’ai pas envie de l’imposer à mon entourage. Alors j’imagine si je vais déjeuner dans un restaurant de viande ou de poisson les commentaires auxquels je vais avoir le droit si j’annonçais que j’étais végétarienne ;)

Tout ça pour dire que je ne regrette absolument pas d’avoir relevé le défi #1moisvégétarien. Au contraire ! J’ai appris à manger autrement, à manger plus de légumes. Je pense que j’aurai plus facilement pu me passer de poisson ou de jambon cru si j’avais pu manger du tofu, mais comme je suis interdite de soja pour raisons médicales, je dois mettre une croix dessus.

Si le défi vous tente, je vous invite à le relever ! C’est un bon moyen de réduire au moins sa consommation de viande/poisson et pour celles qui envisagent d’être végétariennes, c’est aussi un bon moyen de voir ce que cela donne concrètement en vrai, au quotidien :)

Et vous, que pensez vous de ce défi ? :)

Il y a quelques jours, je vous donnais mes astuces pour soigner un rhume naturellement, notamment grâce aux huiles essentielles et au thé. En commentaire, vous avez été nombreuses à me demander si, en cas de rhume, je faisais des grogs. La réponse est oui – d’ailleurs c’est souvent un automatisme – et j’avoue ne pas en avoir parlé car ce n’est pas toujours une pratique courante (notamment à cause de l’alcool). Comme vous m’avez demandé la recette sur ma page Facebook, la voici sur mon blog : ma recette de grog maison, pour dire adieu au rhume grâce au rhum !

Avant toute chose, sachez que je charge souvent mon grog maison en rhum : d’une part, parce que ça m’aide à m’endormir, d’autre part parce que je supporte plutôt bien l’alcool. La dernière partie de ma phrase peut porter à confusion, haha. Mais c’est un fait : un grog maison ne va pas me coucher directement, ni me rendre ivre. Toutefois, si vous ne supportez pas les alcools forts, alors je vous conseille de baisser la dose de ma recette ;)

grog maison

Pour un grog maison, il vous faut :

  • du rhum (le mien tape à 44%, quand même !)
  • du miel liquide
  • du jus de citron (soit en bouteille, soit du citron frais si vous en avez à la maison : c’est mieux !)
  • de l’eau chaude

Dans le fond d’une tasse, versez une cuillère à soupe de rhum, une cuillère à soupe de miel et une cuillère de jus de citron. Puis versez de l’eau chaude pour remplir le mug et mélangez à l’aide d’une cuillère. On déguste et hop, on file se coucher avec une bonne écharpe autour du cou et un gros sweat ! ;)

Si vous ne buvez pas d’alcool mais que vous voulez soigner et apaiser un mauvais mal de gorge, je vous conseille le grog au lait et au miel. J’en faisais souvent lorsque je tolérais encore le lait. Il vous suffit de faire chauffer du lait chaud dans une tasse, de verser 1 cuillère à soupe de miel et de remuer. Et voilà, le mal de gorge sera apaisé ! A répéter évidemment plusieurs soirs de suite, car les grogs ne sont pas une solution miracle ;)

Et vous, le grog, vous en faites quand vous êtes malade ou pas du tout ?

C’est mercredi, et mercredi c’est brocoli ! Me revoici sur le blog avec une nouvelle recette car j’ai remarqué que mes petits plats vous plaisent, surtout que – vous l’aurez compris – j’aime quand c’est simple et efficace ;) Hier, en faisant mes courses, j’ai dévalisé le rayon fruits&légumes et j’ai notamment embarqué dans mon caddie à roulettes (comme les mamies !) du brocoli. Le brocoli et moi, ce n’est pas une grande histoire d’amour. Je crois que comme pas mal de monde, j’ai été traumatisée par le brocoli vapeur de la cantine dans mon enfance… Du genre à faire cette tête là quand on me parlait de ce petit truc vert et frisé !

gif amy schumer

Sauf qu’en jetant un coup d’oeil aux livres de recettes végétariennes que j’ai en stock, j’ai remarqué qu’il y avait pas mal de recettes avec du brocoli. Forcément, je me suis dit que ça devait pas être si mal que ça de lui donner une seconde chance, 20 ans après. Et j’ai voulu le tenter cru, en me basant sur une recette de taboulé de brocoli déniché dans le livre « Cuisine végétarienne » des éditions Hachette Cuisine, je me suis lancée dans ma recette à moi !

Comme d’habitude, j’ai bidouillé avec ce que j’avais dans les placards et ce que j’avais ramené de mes courses. Note à moi-même : même si ce n’est pas funky, je devrais prévoir mes repas à l’avance, ça m’aiderait bien parfois pour les courses ! A vos couteaux…prêts… cuisinez !

taboulé de brocoli

Pour 2 personnes :

  • 1 gros brocoli
  • un demi-oignon rouge (ou un petit oignon blanc)
  • du jus de citron
  • un avocat
  • de l’ail
  • de la menthe fraiche
  • du sel
  • du poivre
  • des abricots secs
  • des noisettes

Coupez la tête de brocoli en bouquets et lavez les. Vous pouvez conserver le reste de brocoli si vous le désirez pour en faire une quiche par exemple ;) Une fois les têtes de brocoli égouttées, prélevez les bouquets floraux (les petites graines vertes) avec un couteau en céramique et faites les mariner dans du jus de citron.

Pendant que le brocoli marine (pourtant c’est vert… non ? —-> OK JE SORS !), épluchez le demi-oignon et coupez le en petits morceaux. Si vous avez de la menthe fraiche et de l’ail à la maison, hachez les et mélangez les sur le brocoli. Si comme moi vous n’en aviez pas, j’ai toujours dans mon congélateur les petites boites d’aromates Picard qui sont tops et qui dépannent bien ! ;)

Pour donner un petit peu plus de matière dans le taboulé de brocoli, je suis allée piocher dans mon placard à snacks healthy. Dans mon bocal où je garde des fruits secs et des oléagineux, j’ai pris des abricots secs ainsi que des petites noisettes, que j’ai haché là aussi finement.  Pour vous donner une idée pour deux personnes, j’ai pris 3 abricots secs et 6-7 noisettes. Ca marche aussi avec des amandes effilées si vous en avez dans vos placards ;)

Pour terminer la préparation de mon plat, je verse un filet d’huile d’olive, je sale et je poivre ! Et voilà, on remue une dernière fois avant de servir ! Pour ma part, je le mange en plat avec un avocat entier à côté (mais j’ai un petit appétit…), mais cela peut faire une très bonne entrée ou un accompagnement d’un autre plat. Si vous n’êtes pas végétarien, ça me semble être une bonne idée d’accompagnement pour aller avec du poulet par exemple ;) Alors, prêtes à tester le taboulé de brocoli ? N’hésitez pas à utiliser le hashtag #sogirlycrew si jamais vous tentez la recette et que vous la publiez sur Instagram :) Bon appétit ! ♥

recette taboulé de brocoli

L’un des fléaux de l’hiver, c’est le rhume. J’ai moi-même commencé l’année avec une bonne trachéite, et le moins que l’on puisse dire, c’est que débuter l’année affaiblie et malade, c’est génial ! (Oh oh tu la sens l’ironie…). Avant d’établir le diagnostic chez un médecin, j’ai tout d’abord pensé avoir un bon gros rhume ; du coup dès les premiers signes (nez bouché, éternuements et toux, fatigue…), j’ai mis en place mes petits rituels pour soigner un rhume naturellement.

Evidemment, quand j’ai commencé à avoir d’autres symptômes qui m’ont fait comprendre que ce n’était pas un simple rhume, j’ai filé illico chez le médecin. Oui parce que je tiens à préciser que même si je préfère me soigner naturellement, je ne néglige pas le fait que voir un médecin peut s’avérer nécessaire. D’ailleurs, mon médecin, après avoir diagnostiqué ma trachéite, m’a conseillé de continuer mon traitement naturel tout en me donnant des médicaments pour dormir et apaiser ma toux. Vous l’aurez compris, mon article d’aujourd’hui vous donne des astuces pour ne pas vous ruer sur le Dolirhume ou l’Actifed dès les premiers signes de rhume, mais je ne suis pas médecin et un avis médical est parfois nécessaire ;)

soigner un rhume naturellement

Du repos !

Premier élément essentiel quand vous sentez que vous tombez malade : du repos ! Si ça tombe en semaine et que vous travaillez, je vous conseille de vous coucher tôt le soir, bien emmitouflé(e) et avec une écharpe ou un foulard autour du cou. Si ça tombe un weekend, ne sortez pas et reposez vous au maximum. Si votre corps vous réclame une sieste en plein milieu de l’après-midi, on s’écoute et on part dormir 1 heure. C’est tout bête mais si votre corps est encore plus affaibli par la fatigue, vous allez peut-être mettre un peu plus longtemps à vous retaper ;)

Du thé

Ou en tout cas, boire beaucoup. Eau ou thé, l’essentiel est de vous hydrater. Pour ma part, en période de rhume, j’opte pour des thés bien-être, tel que le thé vert ou bien le thé Natural Defense de TeaTox.

thé natural defense teatox

Ce dernier contient notamment de l’échinacée, une plante médicinale qui contient des minéraux et des vitamines. Le mélange contient aussi de la grenade, du gingembre et du thé sencha, qui sont des ingrédients efficaces pour soigner un rhume naturellement. Je mets aussi une bonne cuillère de miel dans mon thé et j’en bois énormément. Pour le soir, c’est plutôt des tisanes « Nuit Calme » que je privilégie, pour faciliter l’endormissement.

Côté alimentation

soigner un rhume naturellement

Là aussi, en cas de rhume, je calme un peu le jeu. Au lieu de gober des cachets de vitamine C, je préfère manger des clémentines ou des oranges. Le miel, j’en consomme énormément, dans le thé ou comme on va le voir en dessous, pour prendre mes huiles essentielles. Quand on est malades, on a pas forcément grand appétit, du coup c’est plutôt soupes et légumes dans l’assiette. Par contre, j’évite de sauter des repas car il faut quand même faire le plein de forces !

Des huiles essentielles

Tout d’abord, je tiens à le rappeler mais les huiles essentielles ne sont pas à consommer à la légère. Si vous êtes enceinte, surtout ne consommez pas d’huiles essentielles. J’ai un petit guide des huiles essentielles donné par mon pharmacien et cela m’aide bien pour savoir quoi prendre selon mes besoins. Pour le rhume, 2 huiles sont efficaces :)

soigner un rhume naturellement

L’huile essentielle de Tea Tree est très connue pour son action contre les boutons, mais elle est aussi très utile en cas de rhume et autres infections bactériennes ou virales des voies respiratoires (sinusite, rhinite, otite, bronchite…). Pour le rhume, on en prend 3 gouttes par voie orale, qu’on met dans du miel par exemple ou sur un sucre pendant 5 à 7 jours.

Je prends aussi de l’huile essentielle de basilic tropical (aussi appelé basilic exotique) pour lutter contre les maux de tête dus au rhume et m’aider à dormir. On en prend 2 gouttes dans du miel ou sur un sucre après les repas. L’huile essentielle de thym est aussi une HE conseillée en cas de rhume.

Une bonne inhalation et au lit !

soigner un rhume naturellement

Pour déboucher les voies respiratoires (notamment le nez), outre l’utilisation de Stérimar ou autre solution nasale, je suis une adepte des inhalations au Vix Vaporub. Le seul médicament qui entre dans mon programmer pour soigner un rhume naturellement. Dans un bol d’eau chaude, je mets une cuillère à soupe de Vix, je prends une serviette que je mets au dessus de ma tête et j’inhale pendant 10 minutes. Ce produit contient aussi des huiles essentielles, notamment d’écorce de cèdre. J’en applique aussi sur ma poitrine en massage, pour dégager encore plus les voies. Et hop, au lit pour se reposer ! ;)

happy gif

Voilà, avec ces quelques petites astuces, même plus peur du gros méchant rhume !! Et si à force de vous moucher, votre nez ressemble à celui de Rodolphe le Renne, alors prenez un petit tube d’Homeoplasmine chez le pharmacien pour vous refaire un petit nez tout neuf ! Mais si vous n’avez pas à utiliser mes remèdes, c’est encore mieux : ca veut dire que vous avez su résister au gros méchant rhume hivernal ! ;)

Avec la fin de l’année qui approche et l’arrivée d’une nouvelle année, il est temps de commencer à faire des bilans mais aussi à se fixer des objectifs pour 2016. Aujourd’hui, on va parler peut être du défi le plus dur pour moi à relever, mais peut-être le plus essentiel aussi sur du long terme : mieux manger.

Si vous pensez que c’est une lubie, que j’essaye de suivre le mouvement, détrompez vous. En fait, depuis un peu plus d’1 an, j’essaye de mieux manger. Après des années à manger sans vraiment me soucier de ce qu’il y a dans mon assiette, sans écouter mon corps, j’ai petit à petit essayé d’adopter de nouvelles habitudes. J’ai commencé en supprimant le lait et en passant aux laits végétaux (lait de soja, d’amande, de riz, d’avoine, etc…). Puis j’ai commencé Weight Watchers après avoir pris du poids à cause de ma thyroïde. On a d’ailleurs pas mal parlé de Weight Watchers sur le blog, ça marchait plutôt bien mais comme c’est un système d’abonnement, j’ai dû arrêter quand je suis devenue freelance puisque j’ai un peu restreint mes dépenses.

Sauf qu’en arrêtant Weight Watchers, j’ai aussi arrêté de compter les fameux PP et de noter tout ce que je mangeais dans une journée. C’est bête à dire mais voir tout ce que l’on peut manger sur une journée permet aussi de se contrôler. Par exemple, avec WW, si je faisais un repas riche le midi, j’avais plus facilement le réflexe de calmer le jeu le soir en mangeant des plats végétariens ou en me faisant une soupe suivi de fruits.

healthy

Les premiers temps après l’arrêt de WW, j’ai gardé mes bonnes habitudes. Puis je me suis mise au sport, j’ai recommencé à manger un peu moins « sainement », j’ai multiplié les sorties entre amis à base de Starbucks, d’apéros, de pizzas et de burgers. Sauf que ma thyroïde étant dans de bonnes conditions à ce moment là, les dégâts n’étaient pas trop catastrophiques… D’ailleurs, faudra qu’on en reparle de cette fichue thyroïde ;)

Mais voilà, depuis quelques semaines (voire mois), mes mauvaises habitudes qui ont repris le dessus m’ont aussi causé maux de ventre, brûlures d’estomac, soucis de peau... Je me suis aussi remise énormément à grignoter quand je m’ennuie ou quand je glandouille devant la télé ou Netflix. Bref, je me suis dit qu’en 2016, ça serait pas mal d’essayer d’adopter une fois pour toute de bonnes habitudes alimentaires !

healthy

  • Mes objectifs

Ici, pas d’objectif type « je veux perdre 10 kilos ». Je pourrai le mettre, mais ce n’est pas mon but.

Non, mes buts principaux sont d’adopter une meilleure alimentation, plus équilibrée, et d’arrêter de me vautrer dans le gras ou le sucre quand je suis pas bien/que je m’ennuie.  J’ai envie de trouver des alternatives qui me permettent aussi d’apprécier un bon burger ou une pizza avec mes copines sans culpabiliser.

J’ai envie aussi de comprendre et d’arrêter les grignotages, d’essayer de trouver des alternatives pour éviter de me ruer sur le placard à cochonneries :p

  • Mes sources de motivation

J’en ai plusieurs mais j’essaye d’en avoir qui ne me complexent pas ou qui sont proches de mon état d’esprit. Il y a certes des blogueuses qui sont dans cette démarche depuis des années, mais qui ne rendent pas vraiment le « mieux manger » fun. Je ne donnerai pas de nom ;) Par contre, moi, je me sens proche de ces personnes et ces webzines là qui sont de vraies sources de motivation !

Capture d’écran 2015-11-29 à 15.04.01

Healthy and Co qui est un webzine dont j’ai déjà parlé ici ou sur mon compte Instagram. J’adore l’esprit positif et communautaire de ce site, qui me donne envie de me bouger dans mon objectif sans culpabiliser, ni me sentir nulle parce que je n’y arrive pas.

sweet and sour

Marie et son univers que l’on peut découvrir notamment sur son blog m’inspirent énormément. J’adore l’énergie ultra positive de Marie, ses articles sont toujours pleins de bons conseils sans vous culpabiliser de ne pas faire comme elle. Et cet univers coloré, c’est une source supplémentaire de motivation, non ? ;)

lolinepomme

Pauline aussi est une fille super inspirante et en plus elle est super adorable ! Ses photos de plats gourmands mais healthy me donnent toujours envie et elle est super positive, ça fait du bien ! :)

Du coup, mon objectif 2016, vous l’aurez compris, va être dur à tenir mais je compte bien faire tout mon possible pour le réaliser ! D’ailleurs, je vais travailler sur quelques projets en rapport avec mon objectif de mieux manger, j’aimerai bien qu’on puisse se soutenir et s’entraider en 2016, ici sur le blog, sur les réseaux mais aussi sur Marseille. C’est quelque chose qui vous plairait, de faire partie d’une communauté healthy, happy et girly ? :)