Humeurs // Politique. Et maintenant, on fait quoi ?

Humeurs // Politique. Et maintenant, on fait quoi ?

Un article politique, ça faisait longtemps.

J’ai longtemps hésité avant de le poster. A vrai dire, j’avais peur que ce soit trop brouillon. Un peu comme ma pensée en ce moment face au choix que nous devons faire dans moins d’une semaine. Certains me diront que la question ne se pose même pas, mais je ne pense pas être la seule à être bien paumée en cet entre deux tours.

BON EN VRAI CET ARTICLE EST SUPER BROUILLON.

J’ai suivi de très près la campagne présidentielle cette année. Jusqu’à une dizaine de jours avant le premier tour, je n’étais pas vraiment sûre de mon choix. J’ai comparé tous les programmes,éliminé d’office certains candidats (Le Pen, Fillon, Dupont Aignan, Macron, Cheminade, Asselineau et Lassale pour ne pas les citer). On en avait déjà parlé sur le blog, mais oui de base, de par mon parcours, je suis de gauche. Une gauchiste comme diraient certains.

Après mûre réflexion, j’ai fini par voter Mélenchon. Celui qui me semblait le plus juste, le plus capable de diriger la France tout en faisant participer le peuple. Certaines visions de son programme étaient peut-être trop utopistes, mais ça faisait du bien. Même si j’avais ce pressentiment qu’il ne passerait pas le 1er tour. Parce que la France n’est pas encore prête. Parce que désolée de le dire, mais on a encore un paquet de vieux cons dans notre pays qui pensent que Fillon était LE bon choix.

En ce qui concerne Le Pen, malheureusement, tous les signaux indiquaient qu’elle allait se retrouver au second tour. Alors quand j’ai vu sa tête sur mon écran de télé ce 23 Avril à 20h, eh bien c’est horrible à dire mais ça ne m’a pas étonné tant que ça. Mais, même en sachant que ça allait arriver, ça m’a dégoûtée. J’ai eu le sentiment de revivre un très célèbre 21 Avril. Sauf que cette fois-ci, pas de descente dans la rue, pas de manifs. Non.

Tout le monde avait l’air blasé. Moi aussi ceci dit. Quand tu vois que 20% des électeurs votent pour un escroc qui a volontairement menti aux Français pendant sa campagne et qui n’a même pas renoncé alors qu’il l’avait promis en début de campagne, tu n’es même pas étonné de voir Le Pen au second tour.

Alors, dès le 23 Avril au soir, en voyant cet affrontement Macron-Le Pen, je me suis demandée ce que j’allais faire le 7 Mai prochain. Une chose est sûre, je déposerai mon bulletin dans l’urne. Première réaction : je vote Macron direct, hors de question que le FN passe !

Mais Macron ne fait pas partie de mes choix premiers. Il y a plein de points dans son programme que je ne cautionne pas. Il y en a d’autres qui me parlent, mais qui ne sont pas forcément en accord avec mes principes. Et c’est triste à dire, mais quand je les vois tous les deux à la télé, lors de leurs déplacements ou meetings, je me dis qu’aucun des deux ne peut être mon président. Notre président.

Mais il en faut bien un. Sauf que là, ce n’est pas de la télé-réalité (malgré la médiatisation et la mise en scène de tout ça). Pas de retour en arrière possible, pas d’échappatoire. Je me refuse à ne pas aller voter. Quand je lis que certains s’abstiendront de voter car ils ne se reconnaissent dans aucun candidat, ça me fend un peu le coeur. Parce que je suis dans cette situation où je n’apprécie aucun des deux candidats, mais je me dis qu’on a encore la chance, le devoir, le droit d’aller voter et de décider de l’avenir de notre pays.

Voter Macron, c’est accorder tout mon soutien à un monde ultra-libéraliste, au pouvoir de la finance, à la mise en place d’une bourgeoisie dont je ne fais pas partie – comme bon nombre de mes concitoyens. Voter Le Pen (ce qui est hors de question pour moi), c’est accorder un soutien au racisme, à la xenophobie, à l’homophobie. C’est aussi soutenir le fait que les médias plient devant eux (parlons de la suspension d’Audrey Pulvar de CNews parce qu’elle a signé une pétition en faveur d’un vote pour Macron), et qu’on part en régression totale.

Alors à vrai dire, en ce moment, mon coeur balance entre voter contre mes convictions mais faire barrage au FN en donnant ma voix à Macron, ou voter blanc. Mais comme le vote blanc n’est pas reconnu, je me dis que c’est comme si je n’allais pas voter… C’est compliqué tout ça, hein ?

Bref comme une bonne partie des Français, je suis paumée. Mais dimanche, j’irai dans l’isoloir et j’irai faire mon acte citoyen. En ayant peur de voir les résultats.

15

Laissez un commentaire

Suivre:

32 Commentaires

  1. syl_viie
    1 mai 2017 / 8 h 42 min

    Je suis exactement dans la même situation que toi. J’ai voté Mélanchon au 1er tour car c’est le candidat qui me  » parlait  » le plus (même si je ne suis pas 100% d’accord avec lui et que son programme n’était pas forcément réaliste), d’ailleurs je m’en prends indirectement plein la figure par mon entourage, moi la  » gaucho « …
    Quand j’ai vu les résultats, même réaction, pas étonnée et d’office  » je voterai Macron, c’est clair et net ! « . Et bien aujourd’hui ce n’est plus aussi clair. Je n’ai pas envie de m’abstenir, même si c’est la meilleure façon de montrer mon désaccord malheureusement, et je ne voterai pas FN, c’est impensable. J’estime important de voter car nos aïeux se sont battus pour ça mais j’en ai marre de le faire contre un candidat. Depuis mes 18 ans je n’ai que trop rarement voté  » pour « , surtout au 2nd tour. Il me reste encore 1 semaine pour essayer de savoir quel choix posera le moins de problème à ma conscience, à mon éthique.
    Merci d’avoir osé poster cet article. Parler politique n’est jamais évident et de moins en moins je trouve. Bises. Sylvie

    • 3 mai 2017 / 11 h 03 min

      Merci Sylvie, cela me rassure de voir que je ne suis pas la seule à penser ainsi, et idem, comme toi, plus ça va et moins j’ai voté « pour » à un second tour… Ce qui fait quand même bien réfléchir quand on y pense :/

  2. Norelie
    1 mai 2017 / 9 h 30 min

    Je cite Mr Frederic Beigbeder « Mélenchon aurait-il oublié la jolie phrase qu’il a prononcée il y a quelques jours sur sa péniche ? « C’est pas parce qu’on est fâché qu’on doit être facho. » Moi je voterai Macron le 7 mai, sans passion mais sans hésitation. » C’est exactement ca pour moi je serai sans passion mais surtout sans hésitation. Merci pour l’article Amelie.

    • 3 mai 2017 / 11 h 04 min

      Je n’avais pas vu la citation de Beigbeder et je suis bien d’accord avec lui ;)

  3. Pasninieworld
    1 mai 2017 / 10 h 01 min

    Vraiment à un moment donnerles vote blanc il faudrait vraiment les comptabiliser mon fils expliquait la politique à sa petite soeur qui ne comprenis l importance des vote blanc il lui a dit ben admetons que toute la france vote blanc parce qu elle est pas d accord avec les candidats ben si eux il votent juste pour eux meme ben aux statisique ils auront 50 % chacun alors qu en réalité les vote blanc aurait remporté l election a plus de 99 % …..et ça c est la redlexion d un gamin qui n a meme pas encore l age de voter….

    • 3 mai 2017 / 11 h 05 min

      Eh bien je trouve que ton fils a tout compris, tu peux être fière de lui :)

  4. 1 mai 2017 / 10 h 29 min

    Le problème des votes blancs ou de l’abstention, c’est qu’ils font immanquablement le jeu du FN. Il faut sans cesse se répéter que la « communauté » FN ne va absolument pas se poser de questions et se mobiliser en force quand, de l’autre côté, les atermoiements des uns et des autres laisseront un boulevard pour les fachos ou les pseudos déçus du système, dont MLP fait partie intégrante d’ailleurs. La mobilisation désormais se fera pour les législatives et en attendant, il faut reporter de quelques heures son Aquaponey ou sa pêche du dimanche…
    Je ne suis pas particulièrement Macron non plus, mais à un moment, il faut savoir prendre ses responsabilités et faire barrage au FN. Mais ce n’est que mon humble avis ^_^

    • 3 mai 2017 / 11 h 05 min

      Je comprends parfaitement ton raisonnement :) C’est d’ailleurs pour cela que je ne peux pas dire « je vais voter blanc et basta » parce que je sais que ça arrangera forcément un des deux camps ;)

  5. Au Ré Lie
    1 mai 2017 / 10 h 33 min

    Je suis comme toi…perdue!!!
    J’avais voté JLM aussi et là je souhaite qu’aucun des deux gagnent…
    :-(

    • 3 mai 2017 / 11 h 06 min

      Et pourtant on a pas trop le choix :/

  6. 1 mai 2017 / 10 h 35 min

    Je suis dans la même situation que toi. J’avais dit « S’il n’y a ni Hamon ni Mélenchon au second tour, je n’irai pas voter. » Mais quand j’ai vu que c’était Le Pen qui risquait de devenir présidente, j’ai préparé ma procuration ! Ça me fait peur car j’ai l’impression qu’elle peut passer…
    En tout cas, j’aime les articles comme ça.

  7. Judith
    1 mai 2017 / 11 h 50 min

    Voter blanc, c’est laisser une chance à Marine Le Pen de gagner. Pas besoin de réfléchir plus.

    • 3 mai 2017 / 11 h 07 min

      Je l’entends tout à fait, mais parfois il faut quand même réfléchir, surtout quand les deux candidats vont à l’encontre de mes convictions ;)

  8. Dreyju
    1 mai 2017 / 13 h 20 min

    Même situation que toi aussi… Ca fait peur pour l’avenir… Dimanche ça va être compliqué de faire un choix…

    • 3 mai 2017 / 11 h 08 min

      Je ne suis pas forcément quelqu’un de pessimiste mais là, l’avenir va pas être top top, que ce soit Macron ou Le Pen malheureusement. Je ne les mets pas sur un pied d’égalité mais pour moi, les deux étant à l’encontre de mes convictions, forcément ce n’est pas la joie :/

  9. 1 mai 2017 / 20 h 16 min

    Tout pareil, vraiment, tout pareil :-/
    Voter Macron c’est aller à l’encontre de la plus grande partie de mes convictions… Mais a-t-on vraiment le choix ? Je vais aller voter, mais la mort dans l’âme.

  10. Je sens que je vais me faire lapider virtuellement mais je trouve que « Voter Le Pen c’est accorder un soutien au racisme, à la xenophobie, à l’homophobie » est un peu réducteur et en partie faux. Son programme traite de beaucoup de sujets, certains sont intéressants à développer. Personnellement je ne me reconnais pas dans le personnage de Macron. Parce qu’il faut bien dire que Macron est un personnage façonné par les médias, c’est le candidat de la presse depuis le début et ça me chiffonne. C’est un choix difficile mais au final je pense qu’on sait déjà qui entrera à l’Elysée.

    Bisous

    • 3 mai 2017 / 11 h 11 min

      Je te comprends totalement et sache qu’en ce qui me concerne, je ne te lapiderai pas ;) D’ailleurs, si Le Pen fait autant de bons scores depuis des années, c’est bien que son programme va au delà des questions de racisme et d’homophobie, même si ces questions sont toujours présentes dans son programme malheureusement. Mais je comprends les gens qui votent pour elle, notamment les ouvriers ou même les gens qui vivent dans des grandes villes comme Marseille. C’est un peu comme Trump aux USA au final : les gens en ont marre du système politique, ils veulent taper un gros coup mais aussi penser à eux avant tout.

      Concernant Macron, c’est justement ça qui me gave : le mec est un pur produit des médias et des ministères, et nous vendre qu’il est anti-système, c’est quand même bien nous prendre pour des cons :/

  11. Pimenta
    2 mai 2017 / 13 h 07 min

    En Belgique, les votes blancs vont à la majorité. Ce n’est pas le cas en France? Ce n’est pas très logique mais bon, cela oblige les gens à faire un choix.
    Bravo pour ton article sans langue de bois! Bon courage!

    • 3 mai 2017 / 11 h 12 min

      Eh non en France, le vote blanc n’est pas reconnu. Du coup, c’est comme si tu n’allais pas voter, sauf que tu as le tampon de vote sur ta carte électorale :/

  12. marilou
    2 mai 2017 / 13 h 18 min

    Je me suis dis que je n’irai pas voter pour eux.. Mais après ne pas voter, c’est lui laisser une chance à elle de passer donc non ! Il faut aller voter même si le cœur n’y est pas !

  13. Céline
    2 mai 2017 / 23 h 03 min

    Personnellement je ne partage pas du tout cet avis : je ne suis pas spécialement convaincue par les idées de Macron mais, avec la meilleure volonté du monde, je ne comprends pas que l’on puisse renvoyer dos-à-dos un parti d’extrême droite aux idées liberticides (avec les dégats que l’on connaît dans l’Histoire ou actuellement. Quid de la liberté de la presse? De l’opposition? Des progrès de société?) et un positionnement libéral qu’on ne partage pas (des banquiers en politique il y en a depui longtemps y compris à gauche (ex : Henri Emmanuelli, ils n’ont jamais été amalgamé à une finance équivalente à l’extrême-droite ).
    A mon sens, c’est bien le résultat du travail de « dediabolisation » mené depuis des années, quelle tristesse : la banalisation est réussie, il n’y a plus de différence dans l’esprit de beaucoup… Très très inquiétant.

    • 3 mai 2017 / 11 h 15 min

      A mon sens, la dédiabolisation du FN vient de deux éléments : déjà, le fait que ce ne soit plus JMLP à la tête du FN (même si sa fille n’est pas mieux hein) et le fait que les médias banalise le FN comme un parti similaire au PS, Républicains et autres. Je trouve ça facile de reprocher aux français de voter Le Pen dans les médias quand on sait que c’est eux qui l’ont placée là :/

      Pour ma part, je fais bien la différence entre Le Pen et Macron (d’ailleurs c’est bien pour ça que j’indique que je n’irai pas voter pour elle) mais voter à l’encontre de mes convictions, eh bien désolée mais ça fait mal où je pense :/ Pour ma part, je suis terriblement déçue des politiques depuis des années mais j’irai quand même voter (et au final sûrement Macron parce que le vote blanc ne compte pas) mais clairement ça va me faire très mal de mettre son bulletin dans l’urne.

      • Céline
        3 mai 2017 / 12 h 17 min

        Je suis bien d’accord avec toi, le fait que MLP ait remplacé JMLP a l’air d’avoir completement changé la perception du FN… alors qu’une (grande?) partie de son entourage et des militants est tellement effrayante!
        Ce qui m’interpelle c’est qu’il devait être tout aussi difficile pour les électeurs de gauche et de extrême gauche de voter Chirac en 2002…
        Bref! Finalement, vivement que ce soit passé, le climat actuel est tellement pesant…
        Je trouve ça bien d’ouvrir le débat sur ton blog en tout cas !

  14. Justine
    3 mai 2017 / 15 h 06 min

    Je te comprends vraiment et pour moi malheureusement ce sera un vote nul ou blanc le 7 mai… Je ne renvois pas dos à dos MLP et Macron mais ils incarnent tous les deux tout ce contre quoi je me bats et me suis battue au cours de la campagne pour la France insoumise (et ce contre quoi je vais continuer à me battre). Je me suis jurée de ne plus votre « contre » mais toujours « pour » et je ne peux donc honnêtement pas voter Macron, ce serait lui donner mon aval et ça il n’en n’est pas question. Ce qu’il faut faire et vite c’est s’intéresser aux gens qui votent MLP, essayer de les comprendre même si c’est dur pour mieux combattre les idées du FN. Rappelons nous que si elle devait être élue, ce serait avant tout parce que des millions de gens auront voté pour elle… Ce qui me fait vraiment mal en ce moment c’est que tout le monde s’acharne sur les abstentionnistes ou les gens qui comme moi refusent de renier leurs principes et leurs convictions, plutôt que de se tourner vers les électeurs du FN pour tenter de les comprendre et de combattre cette idéologie. Rappelons nous aussi que rien n’est perdu, il reste les élections législatives qui seront vraiment déterminantes! La France insoumise a encore une réelle chance d’imposer une cohabitation… :)
    Bisous Amélie, bon courage jusqu’à dimanche soir!

  15. 5 mai 2017 / 13 h 36 min

    De mon côté, je ne suis absolument pas pro Macron, mais en tant que femme, que corse je ne peux pas voter pour marine Lepen. Elle représente tout ce que j’exècre dans la société française. Je ne suis pas pro Mélenchon non plus qui, quand je travaillais au Parlement Européen ne m’a pas donné une bonne image de son travail (mais évidemment ce n’est que mon opinion !). Du coup, il me restait très peu de candidats après avoir écarté les autres candidats que tu as mentionné. Le 20 avril j’étais donc dans une impasse.

    Tout ça pour dire que si Macron, gagne je ne me sentirai pas représentée dans les années à venir. Je ne me sentirai pas protégée par les mesures qu’il compte mettre en place, mais je refuse de laisser la place à une raciste, xénophobe, misogyne alors je ne voterai pas blanc. Pour moi, dans une situation si critique, le vote blanc n’est pas (encore) une solution, même si là encore, je peux comprendre que les gens ne peuvent pas aller contre leurs convictions premières. C’est triste mais cette élection représente bien la politique française de ces dernière années : nous votons (trop) souvent pour faire barrage et non par conviction.

  16. 5 mai 2017 / 13 h 37 min

    En tous cas, c’est chouette de te voir prendre la parole sur ces sujets un peu différents :)

  17. uNheA
    6 mai 2017 / 17 h 47 min

    Bonjour,

    J’ai beaucoup hésité avant de commenter un sujet aussi délicat et sensible que la politique.
    Mais comme les commentaires et réponses sont plutôt bienveillants, je me lance :)

    De sensibilité de gauche (avec un vote Olivier Besancenot lors d’une de mes premières élections), j’ai voté sans aucun état d’âme pour Jacques Chirac en 2002. Je suis donc interloquée qu’on puisse renvoyer dos à dos Marine Le Pen et Emmanuel Macron, et me pose cette question : « Qu’a donc fait Emmanuel Macron de si grave pour être à ce point détesté ? ».

    Certes, il a travaillé pour une banque, Mais Arlette Laguiller également.
    Certes, il a de l’ambition, mais sans ambition, on ne se lance pas dans la présidentielle : les coups sont tellement forts et nombreux, qu’avoir un égo surdimensionné est un pré-requis pour se lancer dans la bataille.
    Je n’adhère pas à l’image de « produit du système et chouchous des journalistes » : ce sont des propos du FN, distillés avec finesse, que chacun reprend à son compte, pensant que cette analyse vient de lui.
    Pour avoir une chance, il faut avoir des appuis politiques et financiers : Sinon, on reste dans du conceptuel, de l’idéalisme.
    Il incarne pour moi le renouveau, compte tenu des pré-requis qu’il faut « cocher » pour avoir une chance d’arriver au plus haut poste, et ainsi réellement changer les choses.

    il est vrai que je pense que nous sommes dans une société capitaliste : je prends ça comme un état de fait, et je l’accepte. Je ne suis donc pas encore convaincue par Jean-Luc Mélenchon qui dit pouvoir le renverser.
    Je pense aussi qu’il faut un certain niveau de réflexion, d’analyse, de stratégie et de synthèse pour diriger un pays. Je trouve donc Jean-Luc Mélenchon plus que démagogique quand il promet de rendre le pouvoir au peuple.

    Je crois que finalement, c’est nous, les électeurs qui avons changé. Aujourd’hui, chacun râle dans son coin, et est trop content de fustiger le gouvernement, les grandes entreprises, les « chefs », mais finalement, à leur place, sommes-nous vraiment convaincus que nous ferions mieux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *